Haut

Augmentation mammaire par prothèses

Prothèse mammaire

L’augmentation mammaire est l’intervention phare de la chirurgie esthétique, notamment à Marseille.

Il est de pratique courante désormais d’augmenter la taille des seins en implantant des prothèses mammaires en gel de silicone.

Ces prothèses mammaires sont de fabrication fiable et les grands laboratoires font des contrôles qualités sérieux sur leurs produits. Néanmoins, c’est un matériel non vivant et il s’use avec le temps, si bien qu’il est raisonnable de penser à remplacer ses prothèses environ tous les dix ans.

Votre décision est souvent mûrement réfléchie et vous vous êtes déjà renseignée sur internet ou par un autre moyen de documentation. Le contact avec le milieu médical est souvent un peu intimidant, on ne vient pas chez le médecin habituellement pour le plaisir. Il faut dédramatiser, en tant que chirurgiens,  nous avons vraiment l’habitude, c’est le début d’une longue collaboration et l'objectif commun est de réussir ensemble votre projet. 

Après le temps de l'écoute, vient le temps de l’examen, des mesures, des photographies.

En général, après la discussion sur le résultat souhaité vient le moment d’essayage de certains gabarits de prothèses pour voir si nous sommes d’accord sur le résultat souhaité. C’est le temps important de la simulation. 

Le plus délicat est en général de comprendre qu’on ne peut réaliser qu’une augmentation mammaire qui correspond à la morphologie de la silhouette.

Augmenter la taille des seins consiste à rajouter du volume seulement, si l'on souhaite corriger d'autres défauts il faut alors envisager une autre intervention et mesurer le bénéfice que l'on attend par rapport à la rançon des éventuelles cicatrices nécessaires.

Les seins sont parfois légèrement asymétriques, la peau est de qualité différente selon les patientes. Si on choisit juste d’augmenter la taille de la poitrine, ces petits défauts demeureront inchangés, vous garderez vos seins naturels, seul le bonnet sera augmenté.

L'objectif est que le résultat soit le plus parfait possible, si ces défauts sont tolérables, il n'est pas forcément nécessaire de chercher à les modifier. S'ils sont trop visibles, s'ils risquent d'être accentués par la mise en place de prothèses ou s'ils sont l'objet principal de votre demande, alors une intervention complémentaire sera proposée, différente de la simple mise en place de prothèses.

 Le cas le plus classique est le sein qui tombe après une grossesse ou un amaigrissement. Mettre une prothèse dans ce cas là, n’a jamais permis de faire remonter la poitrine... il faut d’abord faire un lifting des seins...

Tout cela mérite donc une consultation approfondie qui est le premier pas vers l'intervention d'augmentation mammaire.

L’intervention en pratique

La première consultation : c’est le temps du premier contact, le moment où vous pouvez exprimer votre demande. Après un examen clinique détaillé, une première proposition est envisagée ainsi qu'un essai de prothèse. L’intervention et expliquée en détail et le chirurgien remet un devis. 

La deuxième consultation : C’est le moment où tout se règle en détail, le choix des prothèses et la technique opératoire. Tout est prévu et fixé ce jour là. Les divers RDV préopératoires et les documents administratifs sont établis.

Avant l’intervention, vous achetez le soutien gorge de contention en pharmacie et vous prenez une douche antiseptique soigneuse pendant 5 jours avant l’intervention.

Le jour de l’intervention : Entrée le matin à jeûn. Intervention sous anesthésie générale. Durée 45 min à 1 heure. Salle de réveil pendant 1 à 2 heures.

La sortie s’effectue le soir même ou le lendemain.

RDV post opératoire entre 3 et 5 jours pour refaire le premier pansement.

RDV de contrôle à 15 jours.

RDV de contrôle à 2 mois.

Le soutien gorge de contention doit être porté pendant 2 mois nuits et jours.

Contrôle régulier de la poitrine 1 fois par an avec votre chirurgien.

Changement à prévoir entre 10 et 15 ans après la première intervention.

La technique chirurgicale

L’intervention commence par l’incision de la peau et de la graisse sous cutanée.

Nous nous dirigeons ensuite vers le bord externe du muscle grand pectoral qui est ensuite décollé avec le doigt pour créer une loge de taille adaptée à la prothèse. Parfois le muscle n'est pas décollé et la prothèse peut être placée devant le muscle si la peau est assez épaisse.

La loge est ensuite abondamment lavée et les gants changés pour être parfaitement stérile.

La prothèse souple est ensuite introduite par la petite incision de 4 cm. Sa souplesse lui permet de retrouver sa forme initiale une fois déployée dans sa loge.

La patiente est ensuite assise pour vérifier que les deux prothèses soient parfaitement symétriques. Puis l’incision est fermée après vérification de l’absence de saignement en 3 plans de suture avec des fils résorbables.

Le soutien gorge est mis directement pour que les prothèses ne bougent plus.

augmentation mammaire avec prothèse en avant du muscle

augmentation mammaire avec prothèse en arrière du muscle

Les prothèses mammaires peuvent être placées derrière ou devant le muscle grand pectoral selon la technique chirurgicale, indépendamment de l’endroit où est placée la cicatrice. C’est une question de technique chirurgicale qui dépend de la qualité de la peau. On positionne souvent la prothèse derrière le muscle en cas de peau fine pour éviter de trop sentir la prothèse sous la peau et donner un résultat plus naturel. La prothèse peut être placée sous la glande en avant du muscle lorsqu'on a besoin de donner du volume à des seins vidés. Le choix d'une technique intermédiaire en double plan (dual plane) permet de donner un aspect très naturel tout en protégeant mieux la partie supérieure de l'implant sous le muscle.

La cicatrice

Augmentation mammaire et cicatrices

«Je ne veux pas de cicatrice»: Il est évident que c’est impossible. Opérer nécessite obligatoire une cicatrice mais on doit faire en sorte qu'elle soit la plus petite et la plus discrète possible.

Dans la pratique courante, on choisit de positionner la cicatrice avec la patiente en fonction des possibilités techniques en premier lieu ( une trop petite aréole ne permettra pas de faire une voie hémiaréolaire par exemple ), puis en fonction des habitudes vestimentaires et des préférences de chacune:




  • la voie hémi aréolaire est une voie de choix en trompe l’oeil à la frontière entre la couleur claire de la peau et la pigmentation de l’aréole. Elle n’est pas faisable chez les patientes avec de toutes petites aréoles. Elle n’est pas recommandée chez celles qui cicatrisent mal car la cicatrice finale sera au point de projection maximal de la prothèse, c’est à dire très visible.
  • la voie axillaire n’est pas adaptée pour tous les cas de figure, elle rend l’intervention un peu plus complexe et plus longue mais elle a l’avantage indéniable de ne pas faire de cicatrice sur le thorax. Attention c’est cependant la seule cicatrice qui est visible avec un soutien gorge pour les patientes qui portent des débardeurs car elle n’est pas totalement cachée dans le creux axillaire.
  • la voie sous mammaire, cachée dans le sillon, cicatrise en général très bien, elle est très discrète pour une patiente à peau claire, elle est invisible pour une patiente en position debout pour quelqu’un qui est en face. En revanche si la patiente a l’habitude d'enlever son soutien gorge à la plage, elle peut être visible.

Dans tous les cas, il faut insister particulièrement sur les soins post opératoires qui sont un point central de la réussite en matière de discrétion et d'évolution des cicatrices. Ces éléments sont détaillés dans ce chapitre : 

Les soins post opératoires en chirurgie esthétique

prothese mammaire marseille Docteur Gonnelli augmentation mammaire marseille protheses mammaires marseille

   

"Je souhaite avoir un résultat naturel"

Voilà un objectif que vous annoncez souvent en début de consultation. Cependant l’aspect naturel d’un sein est loin de faire consensus.

Pour certains l’aspect d’un sein naturel est un sein de beau volume, légèrement déroulé et pas trop galbé au dessus de l’aréole pour ne pas avoir un effet «wonderbra»; pour d’autres c’est plutôt un sein juvénile en forme de pomme bien galbé sur le dessus. C’est une façon très différente de voir les choses.

Certaines patientes vont demander d’avoir un décolleté généreux, d’autres ne voudront pas que cela soit trop voyant. Certaines viennent même avec le souhait d’avoir un sein très projeté que cela se voit au premier coup d’oeil.

Il faut bien comprendre qu’on ne peut que très rarement changer la morphologie globale d’un sein. Par exemple, il est chirurgicalement très difficile de corriger des aréoles qui regardent vers l’extérieur, et il faut savoir que l’augmentation mammaire peut accentuer ce défaut.

Il y a un élément indispensable à respecter dans l’augmentation mammaire pour avoir un joli résultat : faire en sorte que l’aréole et le mamelon soient au point de projection maximal de la poitrine. Une aréole qui regarde vers le bas ou bien une aréole trop haute déséquilibre le résultat et donne un aspect de sein vieilli ou artificiel, c’est ce point qui selon moi fait toute la différence.

Dans ma pratique personnelle, tout comme beaucoup de chirurgiens, je demande donc en général à la patiente ce qu’elle entend précisément par sein naturel afin de lui proposer exactement le type d’intervention qui se rapprochera le plus du résultat qu’elle souhaite. 

"Je souhaite avoir une poitrine très généreuse"

Nous recevons en consultation un bon nombre de patientes qui affirment clairement et sans ambigüité vouloir une poitrine très volumineuse, bien projetée avec pour modèle les starlettes en maillot de bain au décolleté très généreux. Pourquoi pas, c’est de nos jours un des standards de beauté féminins. Il est souvent possible de répondre à cette demande, parfois c’est plus compliqué.

D’abord il faut savoir si c’est techniquement réalisable et si la poitrine est capable de supporter des implants plus volumineux. Qui dit implants volumineux, dit poids important, et de telles prothèses ne vont qu’accentuer une chute de seins naissante ou existante, ce qui veut dire que le résultat va rapidement se dégrader avec le temps. Il faut le savoir avant de se faire opérer, et il est probable que l’opération de changement de prothèses quelques années plus tard devra probablement s’accompagner d’un lifting de sein pour corriger les problèmes engendrés. 

Il faut également comprendre que l’aspect des seins nus n’est pas le même que les seins dans un soutien gorge gainant type wonderbra. Une poitrine bien soutenue avec la partie interne des seins qui se touchent n’existe qu’avec un soutien gorge. Sans soutien gorge les seins s’écartent naturellement, plus ou moins selon la morphologie de la patiente. Il arrive d’avoir une demande de patiente souhaitant de gros implants pour avoir un aspect de seins très rapprochés : l’écartement des seins est ce qu’il est, on ne peut pas changer la morphologie globale de la poitrine même avec de grosses prothèses.

En pratique, il est donc possible de répondre à une demande de seins volumineux, mais il faut vraiment en discuter après l’examen de vos seins, et en connaissant les défauts que l’on peut ou non corriger et surtout les conséquences à long terme sur la poitrine.  

Prothèses mammaires rondes et prothèses mammaires anatomiques

Prothèses mammaires rondes et prothèses anatomiques pour augmentation mammaire

Vous avez sûrement remarqué qu’il existe différents types de prothèses mammaires.

Le choix appartient au chirurgien mais il est précisément déterminé par le résultat que vous souhaitez obtenir et par l’anatomie de votre poitrine.

Les prothèses mammaires rondes varient selon leur diamètre (qui dépend directement de la taille de la poitrine) et selon leur projection (en fonction du volume souhaité, ça c’est vous qui pouvez choisir...).

Les prothèses mammaires anatomiques sont plus allongées dans le sens la hauteur et ont un paramètre de variation en plus qui est le profil (prothèse haute, moyenne, basse). Leur point de projection maximal est plus bas dans la prothèse, elles sont donc destinées à des patientes qui ont un sein en forme de poire pour remplir la partie inférieure du sein.

Toutes ces notions sont complexes et très théoriques, et les cas de figure sont tellement nombreux qu’il vaut mieux en discuter précisément après un examen clinique pour trouver la prothèse qui vous conviendra le mieux. Voici un article qui vous permet de mieux comprendre comment on choisit un implant : Le choix des implants.
On ne peut dire, je veux une prothèse ronde de telle taille ou bien une prothèse anatomique de tel profil en arrivant en consultation, à chaque poitrine correspond une prothèse.

Pour en savoir plus sur la fabrication des implants mammaires, cliquez ici.

En savoir plus sur les implants en polyuréthane.

augmentation mammaire avec prothèses mammairesAugmentation mammaire avec prothèses mammaires rondes

augmentation mammaire anatomiques Augmentation mammaire avec prothèses anatomiques

   

Consultez les articles de la section actualités pour en savoir plus sur les implants mammaires.  Cliquez ici.

Faut-il avoir peur des complications ?

Avoir peur de se faire opérer est un sentiment normal.
L’augmentation mammaire est une intervention chirurgicale comme une autre.
C’est une intervention courante qui reste sûre, mais le risque zéro n’existe pas évidemment dans le domaine de la médecine.

Les risques de toute intervention chirurgicale existent. Ceux liés à l’anesthésie générale, le risque de saignement, le risque d’infection. Ils sont très rares. Le saignement peut entraîner un hématome qui nécessite parfois une réintervention pour l'évacuer. 
En cas d’infection, il faudra temporairement retirer les prothèses et prendre des antibiotiques. Une infection se manifeste par un sein qui est gonflé, douloureux avec un suintement possible par la cicatrice. Elle peut se manifester jusqu'à plusieurs semaines après l'opération. Les prothèses ne pourront être remises en place qu'au bout de 6 mois en moyenne. 

Le risque le plus connu est le risque de coque. C’est un phénomène rare qui est difficile à prévoir. Il peut se schématiser par un rejet des prothèses: l’organisme forme une sorte de coque dure autour des implants qui peut être douloureuse et modifier le résultat final. Ceci oblige parfois à réintervenir. Les coques apparaissent le plus souvent avec d'anciennes prothèses qui n'ont pas été changées à temps, mais certaines surviennent quelques semaines après la première intervention, c'est beaucoup plus rare. 

Comme toute intervention de chirurgie esthétique, il y a parfois des imperfections de résultats. Ce ne sont pas forcément des erreurs techniques ou des complications mais des événements imprévisibles qui peuvent justifier une petite retouche. L'implant peut ainsi être trop haut ou trop bas, une asymétrie peut apparaître. La rotation de l'implant est un phénomène rare qui survient parfois avec des prothèses anatomiques. Dans le cas des prothèses rondes, la rotation n'a aucune incidence. 

On peut quelquefois être déçu par la taille des implants mammaires, prendre le temps de discuter avec la patiente et essayer des prothèses est capital pour bien être d’accord sur le résultat voulu.

Il est également normal chez les patientes très minces de sentir parfois la prothèse sous la peau à la partie inférieure de la poitrine.

Les petits défauts et asymétrie existant avant l’intervention demeurent après la chirurgie, il ne faut pas croire que l’augmentation mammaire corrige tout, mais elle change tout de même très positivement les choses !

Il est très répandu de croire que l’intervention est douloureuse. C’est très variable selon les individus. Les techniques d’anesthésie et les médicaments contre la douleur atténuent considérablement ces douleurs. Pour ma part, j’ai l’habitude de proposer aux patientes une anesthésie du muscle grand pectoral complémentaire qui permet de passer facilement le cap des premières heures post opératoire. D'autres solutions peuvent être proposée en complément. Pour la majorité des cas, tout se passe très bien, et les douleurs sont supportables.

Pour en savoir plus, consultez ici les questions les plus fréquentes sur l'augmentation mammaire et prothèses mammaires

Voir les actualités sur les prothèses mammaires

Galerie photo (Avant/Après)


Consultez ici la fiche information de la Société Française de Chirurgie Plastique

13. protheses mammaires.pdf



Les interventions en chirurgie esthétique et réparatrice