Haut

Nouveautés congrès IMCAS 2018

Nouveautés congrès IMCAS 2018

L’IMCAS est l’International Master Course on Aging Science : il regroupe plus de 8000 congressistes venus du monde entier autour du grand thème de la médecine et de la chirurgie anti-âge.

 Dans le grand centre des congrès de la porte Maillot à Paris, de multiples conférences sont organisées sur des thèmes aussi divers que les injections de produits de comblement, la cryolipolyse, les implants mammaires, le lipomodelage, la chirurgie du vieillissement du visage. Les études scientifiques les plus récentes ainsi que les expériences de chaque intervenant sont mis à l’épreuve des exposés et des questions réponses.

 

Que retenir des dernières avancées en médecine et chirurgie esthétique ?

 

La chirurgie s’oriente de plus en plus vers des techniques sans implants ou mini-invasives.

En matière de chirurgie de la silhouette, le lipomodelage est en pleine expansion. Les pratiques sont assez variées d’une équipe et d’un pays à l’autre en terme de matériel utilisé et de procédure opératoire. De nombreuses études cliniques sérieuses commencent à voir le jour et attestent de la sécurité des protocoles et de leur efficacité si l’intervention est réalisée de manière rigoureuse. Ce sont donc des opérations qui tendent petit à petit à s’associer ou à remplacer les implants mammaires ou fessiers mais elles sont longues, peuvent demander plusieurs sessions et par conséquent deviennent plus onéreuses, conditions nécessaires pour avoir un résultat réel et naturel.

L’injection de graisse est devenue également incontournable en chirurgie du rajeunissement facial. Elle se pratique au moyen de canules de tailles de plus en plus petites pour favoriser la prise des greffons. L’association aux produits dérivés de la fraction vasculaire stromale et aux concentrés plaquettaires (PRP) est monnaie courante et potentialiserait les effets mais il est difficile de se faire une idée tant les protocoles sont nombreux et les études pour le moment peu probantes car les techniques sont très récentes.

En matière de médecine esthétique, il y a pléthore de nouvelles machines sur le marché. L’IMCAS ressemble un peu à une foire de Paris dédiée aux médecins esthétiques avec son lot de démonstrations, de nouveautés et de technologies d’avant garde où se mêlent le made in France, made in China et made « on ne sait où ni comment…» . Il faut donc être d’une grande prudence avec ces innovations dont peu d’entre elles peuvent se targuer d’études scientifiques à haut niveau de preuve pour valider leurs résultats.

Plus que jamais, les techniques connues et les produits éprouvés comme l’acide hyaluronique et la toxine botulique sont bien les seuls à garantir une sécurité et un résultat. Cependant les protocoles d’injections se perfectionnent et évoluent.

Du comblement basique des sillons autour de la bouche, on passe désormais à de véritables études dynamiques en trois dimensions et à une redéfinition des volumes du visage pour donner un résultat optimal. Ce sont ces techniques plus complexes que l’on pratique désormais au cabinet.

En matière de rajeunissement cutané, les techniques tendent désormais à être de moins en moins invasives afin de réduire la lourdeur des suites et diminuer ainsi l’impact des actes sur la vie quotidienne. Les innovations se portent essentiellement sur les procédures réalisables sans anesthésie et au cabinet. Cependant il faut garder à l’esprit qu’il y a par conséquent des effets moins spectaculaires que les techniques purement chirurgicales et qui demandent à être renouvelées régulièrement. Le lifting cervico-facial a encore toute sa place dans l’arsenal des chirurgiens.

La cryolipolyse, technique de traitement de la graisse par le froid, comporte de plus en plus d’indications avec la diversification des pièces à mains, c’est à dire des embouts qui s’adaptent à toutes les parties du corps : abdomen, hanches, mais aussi culotte de cheval, menton et certaines zones très ciblées au moyen de modules de plus petites tailles. Les suites étant plus simples que la liposuccion, elle fait de plus en plus d’adeptes si on sélectionne les bonnes indications et qu’on utilise les bonnes machines… dans un cadre strictement médical.

 

La conclusion est que la médecine esthétique bénéficie d’une dynamique extrêmement forte au profit des actes de moins en moins invasifs et des machines innovantes mais que l’expertise du chirurgien spécialiste reste primordiale afin d’établir le bon diagnostic et de trouver le bon équilibre entre recherche de l’efficacité optimale et prise de risque raisonnée, tout en gardant à l’esprit que le niveau de preuve scientifique doit toujours rester le pré-requis indispensable à l’utilisation d’une technique innovante.